Actualités

11 novembre 2022

Un 41e Festival riche en émotions

Source

Camille Dallaire
Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue

  • Téléphone

    819-762-6212

  • Courriel

    communication@festivalcinema.ca

Rouyn-Noranda, le jeudi 10 novembre 2022 – Le 41e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue a pris fin il y a quelques jours déjà, mais l’effervescence se fait toujours sentir ! Tout au long de la semaine, Rouyn-Noranda a vibré au rythme du 7e art. Les cinéphiles ont pu découvrir des films poignants, drôles, coups de poing, intelligents, originaux, provenant de tous les horizons!

Après deux ans marqués par la pandémie et ses restrictions, le retour à la normale a fait un grand bien à tous et l’engouement des festivaliers était palpable. Un retour en force avec des ovations, des invités généreux, des discussions touchantes et des moments magiques ont fait de ce 41e Festival une célébration mémorable. Plusieurs ont souligné que même le beau temps était de la partie pour cette semaine parfaite!

LES 20 ANS D’ESPACE COURT

Les festivités ont débuté en force avec Espace court qui célébrait ses 20 ans. Lors des deux soirées, les spectateurs ont pu découvrir une vingtaine de courts métrages de tous les horizons qui ont généré plusieurs fous rires, quelques larmes et de savoureux malaises! Le public a également pu découvrir les séries courtes Caresses magiques de Lori Malépart-Traversy et Complètement Lycée d’Alec Pronovost, gagnantes du Prix coup de cœur Fonds Bell.

Pour souligner les 20 ans de l’évènement, Émilie Villeneuve et Ariane Gélinas ont rendu un court hommage (ou plutôt un bien-cuit) à Carol Courchesne, programmateur d’Espace court de 2002 à 2019.

LES TALENTS D’ICI À L’HONNEUR

Fier des talents d’ici, le Festival a débuté samedi après-midi avec une séance gratuite présentant deux documentaires de cinéastes de la région. Le documentaire Au lieu de prendre mon char de Jean-François Perron a d’abord permis au public une incursion unique aux côtés de l’aventurier Guillaume Rivest, lors d’une expédition en ski de fond de 680 km entre Rouyn-Noranda et Montréal.

Ensuite, le public a été interpelé par la question de l’exploitation des ressources naturelles au Québec et de leur financiarisation avec le documentaire Pour nous chez nous de Dominic Leclerc. Comme le film soulève d’importantes questions, le public a été ravi de discuter avec l’équipe du film. Pour répondre aux questions, le réalisateur Dominic Leclerc et plusieurs intervenants du film, dont Marie-Lyne Joncas, narratrice et participante, étaient présents sur la scène du Théâtre du cuivre.

DES MOMENTS ÉMOUVANTS

La soirée d’ouverture a marqué en grand le début officiel du Festival avec le film émouvant Tu te souviendras de moi. Sur scène, le réalisateur Éric Tessier, le scénariste François Archambault ainsi que les acteurs Rémy Girard et Karelle Tremblay ont partagé leur bonheur de pouvoir enfin présenter le film à un public, la pandémie ayant reporté la sortie du film de 2 ans. Les mouchoirs étaient de mise pour cette projection où l’émotion des spectateurs était tangible. Rémy Girard a été particulièrement ému par la réception du public qui a offert une ovation de plusieurs minutes. Le film a d’ailleurs remporté les faveurs du public qui lui a décerné le Grand Prix Hydro-Québec lors de la soirée de clôture.

La première mondiale du documentaire En attendant Raif a été un autre moment chargé en émotions et a suscité de grandes réactions du public. Les réalisateurs Luc Côté et Patricio Henríquez ont accompagné pendant 8 ans la famille du célèbre prisonnier d’opinion Raif Badawi pendant le dur combat pour sa libération. À la suite de la projection, le public était invité à discuter avec les réalisateurs, ainsi qu’avec Ensaf Haidar, épouse de Raif, et leurs 3 enfants. Plusieurs spectateurs ont témoigné avoir été très touchés par le documentaire. Malgré le propos très dramatique, les réalisateurs et la famille ont su faire rire la salle et témoigner de leur grande résilience face à toutes les épreuves qu’ils ont dû affronter.

UNE PROGRAMMATION D’EXCEPTION ET DES INVITÉS DE MARQUE

Tout au long de la semaine, les cinéphiles ont été comblés par une programmation variée. Plusieurs invités étaient présents pour présenter les films sur scène. Dimanche après-midi, le public a fait la rencontre du réalisateur François Desagnat, venu présenter le film Zaï Zaï Zaï Zaï et l’acteur Damien Bonnard, qui accompagnait le film Le sixième enfant.

Lundi, une grande partie de l’équipe de Mistral Spatial était réunie pour la première à Rouyn-Noranda : le directeur photo Olivier Racine, les comédiens Véronique Lafleur, Alex Trahan, Catherine-Audrey Lachapelle et Samuel Brassard, de même que le réalisateur Marc-Antoine Lemire. À l’occasion de l’Halloween, tous étaient costumés en animaux,clin d’œil à une scène du film! L’ambiance était festive et joyeuse dans le hall du Théâtre du cuivre.

Mardi, le public était heureux de retrouver Imelda, le personnage de la trilogie de courts métrages bien connue des festivaliers, mais cette fois-ci dans le long métrage Les 12 travaux d’Imelda. Le réalisateur Martin Villeneuve et les comédiens Antoine Bertrand et Marc-François Blondin étaient enchantés d’entendre les nombreux fous rires du public.

Mercredi, venu de la Belgique pour présenter le film Nowhere, le comédien Noa Izaï Tambwe Kabati a été très touché des réactions du public. Plusieurs ont attendu dans le hall du Théâtre du cuivre pour le féliciter pour ce rôle marquant.

Jeudi, le Festival a accueilli la comédienne Mélissa Toussaint qui est venue présenter le film coup de poing Chien blanc. Ce film, adapté du roman de Romain Gary et campé dans les années 1960, a suscité de vives réactions dans la salle. Une longue ovation a suivi le générique du film. Pour la dernière projection de la semaine, le Festival avait l’honneur d’accueillir de la France la comédienne Esther Archambault pour présenter le film Les pires. Primé dans de nombreux festivals internationaux, ce film était parfait pour conclure ce marathon cinéphilique haut en couleur. Le public s’ennuyait de la proximité que permet le Festival avec les invités et tout le monde a pu profiter du bonheur de ces rencontres uniques.

UNE FOULE D’ACTIVITÉS

Cette année marquait le grand retour du Ciné-muffin pour le plus grand bonheur des petits et des grands! Dimanche, les festivaliers ont pu se réveiller avec un bon café et des viennoiseries avant de se laisser transporter dans le merveilleux monde de Michel Ocelot avec le film Le pharaon, le sauvage et la princesse, en collaboration avec le FIFEM.

Dimanche était aussi la journée du traditionnel Brunch-conférence qui mettait en vedette cette année les frères Guy et Claude Fournier. Ce fut le moment de retourner dans le temps pour parler des nombreuses œuvres et évènements qui ont marqué la carrière de ces deux piliers de la culture québécoise. En passant par le cinéma direct, les séries La boîte à surprises, Jamais deux sans toi ou le film Deux femmes en or, les jumeaux de 91 ans ont partagé plusieurs anecdotes tout en s’interrogeant sur le futur du cinéma et de la télévision. Soulignons qu’il est possible de regarder la conférence qui a été captée par l’équipe de Radio-Canada Ici Abitibi-Témiscamingue sur la page Facebook du Festival.

Les enfants de partout en Abitibi-Témiscamingue ont pu profiter du Festival grâce au Volet jeunesse André-Melançon qui s’est déroulé pour certains au Cinéma Paramount et pour d’autres dans leur classe grâce à un volet en ligne. Au total, 298 classes, soit 5462 enfants, ont visionné les 7 courts métrages de la programmation. Encore une fois animée par la pétillante Véronique Aubin, l’activité a été très appréciée par les petits qui se sont particulièrement amusés lors du film Kayak de Solène Bosseboeuf. Ce dernier a d’ailleurs remporté le Prix Jeunesse Fonderie Horne. Ils ont aussi eu la chance de rencontrer le réalisateur Benoit Therriault qui, après avoir présenté le court métrage Canary aux quatre coins du monde, a fait un petit détour par Rouyn-Noranda!

Dans le cadre du Volet numérique, le public était invité à voir l’œuvre gagnante du concours de créations numériques des étudiants de l’UQAT en Création et nouveaux médias au Café céramique Ô terrier pendant toute la durée du festival. Exposée jusqu’au 11 novembre, l’œuvre intitulée CINÉ Ô TERRIER propose à la fois des projections architecturales et une expérience de réalité virtuelle qui fera voyager le spectateur au cœur des précédentes éditions du Festival!

BALADOS ET GRANDES RENCONTRES

Le Festival a encore cette année accueilli l’enregistrement de deux balados. On jase de films, animé par Guy A. St Cyr a reçu le réalisateur Martin Villeneuve et le cinéaste Rafaël Ouellet alors que La balado de Fred Savard a reçu Anaïs Barbeau-Lavalette, Rémy Girard, et Marilyn Cooke.

Fort du succès des dernières années, notre précieux collaborateur Martin Guérin a à nouveau animé Les grandes rencontres. Du lundi au jeudi à 17 h, les spectateurs pouvaient se brancher en direct de la page Facebook du Festival ou de La Fabrique culturelle pour écouter Martin Guérin discuter avec des invités aux profils diversifiés. Il a notamment échangé avec la comédienne et réalisatrice Mélanie Pilon, le comédien Antoine Bertrand, le musicien et membre des Vulgaires Machins, Guillaume Beauregard, ainsi qu’avec le journaliste Marc Cassivi. Les enregistrements sont toujours disponibles sur notre page Facebook.

LA WATCH

Le Festival a renouvelé son volet pro unique et à saveur régionale en accueillant LA WATCH Talent lab nordique. Des talents émergents ont été invités à participer à des échanges incroyables avec des talents chevronnés, en plein cœur de la nature abitibienne, dans le confort du chalet du lac Kanasuta. Ils ont notamment pu s’entretenir avec Anaïs Barbeau-Lavalette, Guillaume Lambert, Stéphane Lafleur, Rafaël Ouellet, Edouard Tremblay, Jean-François Asselin, Danny Lennon, Dominique Dufour, Félix Brouillet-Desrosiers, Samuel Pagé, ainsi que des intervenants du CALQ, de la SODEC, du FIP et du Fonds Bell. Très différente des classes de maitre habituelles, la formule permettait à tous de guider la discussion et de poser leurs questions sans gêne. Une occasion unique de faire le plein de créativité et de passion pour leurs projets futurs.

MERCI ET À L’AN PROCHAIN

Après 8 jours de festivités hautes en couleur, mais surtout riches en émotions, le Festival s’est officiellement conclu jeudi soir avec la remise des prix. L’équipe du Festival tient à remercier tous les festivaliers, partenaires, invités et bénévoles d’avoir pris part à cette célébration du cinéma! Retrouvez-nous pour le 42e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue du 28 octobre au 2 novembre 2023!

-30-

Contact
Annie-Claude Caron, communications
Louis Dallaire, cofondateur
communications@festivalcinema.ca | (819) 762-6212
Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue

Communiqué