Actualités

4 novembre 2022

Les lauréats du 41e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue

Source

Camille Dallaire
Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue

  • Téléphone

    819-762-6212

  • Courriel

    communication@festivalcinema.ca

Rouyn-Noranda, le jeudi 3 novembre 2022 – Le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue vient de se terminer après huit jours de festivités hautes en couleur, mais surtout riches en émotions. La cérémonie de clôture, diffusée en live Facebook du foyer de l’iconique Théâtre du cuivre, a permis de couronner les lauréats et lauréates du Grand Prix Hydro-Québec, du Prix Bell Média, du Prix animé TVA Abitibi-Témiscamingue, du Prix Mediafilm-Robert-Claude-Bérubé, ainsi que du Prix Jeunesse Fonderie Horne.

Nous en profitons pour vous rappeler les lauréats et lauréates des Prix Relève Desjardins, ainsi que des Prix d’Espace court: les Prix Télé-Québec, Spira, Fonds Bell et Unis TV.

GRAND PRIX HYDRO-QUÉBEC

Comme chaque année, le Grand Prix Hydro-Québec est octroyé au long métrage de la compétition officielle ayant obtenu la meilleure appréciation du public. Les festivaliers et festivalières ont donc choisi le film Tu te souviendras de moi d’Éric Tessier, comme gagnant du Grand Prix Hydro-Québec.

Le public a offert un accueil plus que chaleureux à ce film qui était attendu depuis deux ans, COVID-19 oblige. En plus des applaudissements sentis émis par la foule, une ovation de plusieurs minutes a suivi la projection, laissant l’équipe sans mots.

PRIX BELL MÉDIA

Le Prix Bell Média, qui récompense la réalisatrice ou le réalisateur du meilleur moyen ou court métrage de la cuvée 2022, a été sélectionné par Antoine Charbonneau-Demers, Jessica Gélinas et Adam Faucher.

Leur choix, qui se mérite également une bourse de 1 000 $, s’est arrêté sur Ma gueule de Thibaut Wohlfahrt et Grégory Carnoli.

Le jury nous spécifie ce qui l’a charmé dans la proposition des réalisateurs :

« Le film qu’on a choisi a été un coup de cœur unanime. Il nous a habité toute la semaine. On a été bouleversé.es par son propos percutant et sa proposition déroutante. »

PRIX ANIMÉ TVA ABITIBI-TÉMISCAMINGUE

Le Prix Animé TVA Abitibi-Témiscamingue est décerné par le public au film d’animation de la compétition officielle le plus apprécié du public. Les festivaliers et festivalières ont donc choisi le film Canary de Pierre-Hugues Dallaire et Benoit Therriault.

Ces deux réalisateurs québécois nous offrent dans ce court métrage animé des plus touchants, l’histoire d’un jeune garçon qui travaille dans une mine de charbon souterraine avec un groupe de mineurs. Il s’occupe du canari en cage que les hommes utilisent pour détecter le méthane mortel.

L’un des deux réalisateurs, Benoit Therriault, était notamment au Volet Jeunesse André-Melançon les 2 et 3 novembre, afin de présenter le film aux enfants. Le jeune public du Festival a particulièrement apprécié le visuel magnifique du film, les personnages attachants ainsi que le scénario touchant.

Le prix animé TVA Abitibi-Témiscamingue s’ajoute donc à la déjà longue carrière de ce film, qui a conquis le public lors de sa présentation lundi dernier au sein de la programmation officielle.

PRIX MEDIAFILM-ROBERT-CLAUDE-BÉRUBÉ

Le Prix Mediafilm-Robert-Claude-Bérubé est décerné à un long métrage de la compétition officielle qui se distingue, non seulement par ses qualités artistiques et cinématographiques, mais aussi par son apport au progrès humain et à la reconnaissance de valeurs éthiques, sociales et spirituelles.

Cette année, le jury, composé de Béatriz Mediavilla, Maxime Périgny et Kim St-Pierre, a visionné les seize longs métrages en lice, pour finalement couronner le film Boy from heaven de Tarik Saleh.

Le jury nous partage les raisons ayant motivé son choix :

« Nos critères principaux étaient l’excellence cinématographique et les valeurs humaines que le film véhicule. Ce fut un travail important, mais difficile. Notre choix s’est arrêté sur un film qui présente une réalité complexe, qui se révèle néanmoins tout à fait intelligible. Le personnage principal se retrouve dans un dilemme éthique et trouvera sa propre voie en préservant à la fois ses valeurs et les gens qu’il aime. Par la beauté de ses images et la force de son propos qui présente l’instruction et l’éducation comme un dé pour maintenir la paix. »

PRIX DE LA RELÈVE DESJARDINS

Lundi après-midi, dans un Théâtre du cuivre bondé de cinéphiles de tous âges, étaient présentés les films étudiants du volet Relève Desjardins. Deux bourses ont ensuite été décernées par un jury aux meilleurs courts métrages réalisés par un étudiant du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue et de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. La valeur des deux bourses de la Relève Desjardins totalise 1 500 $.

Cette année, le jury composé de Camille Barbotteau, Vincent L’Heureux et Andréane Boulanger, a eu l’agréable tâche de choisir les récipiendaires du Prix de la Relève Desjardins.

Pour le Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue, la gagnante est Anahée Brousseau, avec son film documentaire Toxique.

Pour l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, nos juré(e)s ont choisi de récompenser Max Spiegle, pour le film d’animation A Lost Child.

PRIX JEUNESSE FONDERIE HORNE

Encore cette année, la Fonderie Horne s’associe au Festival afin de créer un prix récompensant un film de la programmation du Volet Jeunesse André-Melançon. Cette année, le jury était composé de Mia Roy (10 ans) et sa mère Émilie Villeneuve, Lucas Roy (8 ans) et sa mère Marie-Élise Viger, ainsi que Mirabelle Tremblay-Major (9 ans) et sa mère Mélissa Major.

Les membres du jury ont choisi le film Kayak de Solène Bosseboeuf, un film d’animation 3D sans dialogue dans lequel une charmante balade en kayak entre un père et son bébé devient une véritable aventure familiale.

PRIX TÉLÉ-QUÉBEC

Le Prix Télé-Québec est décerné par le public au meilleur film québécois du volet Espace court. Ce prix, accompagné d’une bourse de 1 000 $, a été remis cette année au film Le temple d’Alain Fournier.

Le public est tombé sous le charme de cette animation d’une grande qualité, dans laquelle une ambiance anxiogène en huis clos a su satisfaire les amateurs de H. P. Lovecraft, romancier connu pour ses récits fantastiques, d’horreur et de science-fiction, dont Le Temple (1920), duquel l’histoire du film est inspirée.

PRIX SPIRA

Le jury Espace court, composé cette année de Stéphane Lafleur, Karelle Tremblay et Dominic Leclerc, avait pour tâche de décerner le Prix Spira pour le meilleur travail de réalisation d’un film de la programmation d’Espace court. Le prix est accompagné de 10 000 $ en location d’équipements ou services de postproduction pour une future œuvre chez Spira.

C’est le film Municipal Relaxation Module de Matthew Rankin qui a remporté les honneurs cette année.

PRIX FONDS BELL

Le titre de séries Coup de cœur Fonds Bell est attribué à deux séries courtes, désignées par un jury professionnel composé cette année de Julien Bernatchez, Laura Bergeron et Maxime Dupuis.

Le prix s’accompagne de deux bourses Fonds Bell d’une valeur de 2 000 $ chacune.

Gracieusement sélectionnées par le jury, les séries Complètement Lycée d’Alec Pronovost et Caresses magiques de Lori Malépart-Traversy ont reçu un accueil chaleureux lors des deux soirées d’Espace court.

PRIS UNIS TV

Unis TV s’associe avec le Festival afin de présenter un tout nouveau prix à l’Espace court. Le Prix Unis TV est offert à un réalisateur ou une réalisatrice émergente ayant présenté une réalisation qui se démarque au sein de la programmation d’Espace Court. Ce prix permet de récompenser les nouveaux talents québécois, tout en encourageant la relève cinématographique.

Ce prix, décerné par le jury Espace Court et accompagné d’une bourse de 1 000 $, a été remis au film Nuit blonde de Gabrielle Demers.

LES INVITÉS DU 41e FESTIVAL

Le 41e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue s’est démarqué par un retour massif en salle. Une ambiance toute particulière planait en cette première année post-COVID-19 complètement libre de mesures sanitaires, avec de belles salles pleines! Nous avons pu ressentir le grand retour du Festival tel qu’on le connaît, dans toute son effervescence. Toute la semaine, nous avons profité d’un Théâtre du cuivre rempli de cinéphiles absolument sous le charme, autant des films que des discussions qui ont suivi les projections.

Parmi les festivaliers et festivalières, plusieurs invités de marque faisant partie du paysage culturel québécois et international ont pris part aux festivités au cours de la semaine. Tous et toutes étaient comblés de pouvoir présenter le fruit de leur travail à un public des plus enthousiastes.

Nous avons eu le bonheur immense d’accueillir, sur les scènes du Théâtre du cuivre et du Petit Théâtre du Vieux Noranda, Esther Archambault, François Archambault, Anaïs Barbeau-Lavalette, Judith Baribeau, Antoine Bertrand, Marc-François Blondin, Damien Bonnard, Marilyn Cooke, Luc Côté, Patricio Henriquez, Ensaf Haidar et ses enfants Miriyam, Najwa et Tirad Badawi, Maripierre D’Amour, François Desagnat, Claude Fournier, Guy Fournier, Rémy Girard, Marie-Lyne Joncas, Dominic Leclerc, Catherine-Audrey Lachapelle, Stéphane Lafleur, Véronique Lafleur, Guillaume Lambert, Mélanie Pilon, Robert Spickler, Noa Izaï Tambwe Kabati, Éric Tessier, Benoit Therriault, Mélissa Toussaint, Karelle Tremblay, Laurence Wells, Martin Villeneuve, et plusieurs autres!

Dans une atmosphère à la fois distinguée et détendue, les artistes étaient, comme toujours au Festival, faciles d’accès, heureux d’être présents pour faire connaître leur travail, mais aussi et surtout pour aller à la rencontre du public.

LA WATCH

Le volet pro du Festival, nommé la WATCH, était l’occasion idéale pour les créateurs et créatrices d’échanger dans l’intimité et le calme, entourés de la nature abitibienne et de talents chevronnés.

C’est le majestueux chalet du lac Kanasuta qui a accueilli cette rencontre sous forme de discussion et d’échange d’expériences, permettant aussi de créer un lien fort entre les artistes des grands centres et ceux des régions.

Très différente des classes de maîtres habituelles, la WATCH invite les participants à guider la discussion. Une formule originale, hors du commun, où tous et toutes pouvaient être à l’aise de poser leurs questions à des professionnels du milieu, et que les sujets abordés soient des questions plus humaines, comme être une femme et mère cinéaste avec Anaïs Barbeau-Lavalette, ou plus professionnelles, telle que la réalisation de publicités avec Jean-François Asselin et Dominique Dufour.

C’est donc en beauté que se termine ce 41e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue. Nous aurons le plaisir de vous retrouver l’an prochain pour une nouvelle programmation d’œuvres cinématographiques de tous les horizons, du 28 octobre au 2 novembre 2023.

 

– 30 –

Contact
Camille Dallaire, Relations de presse
Louis Dallaire, Cofondateur
presse@festivalcinema.ca
819 762-6212

Site Web
Communiqué