Actualités

2 novembre 2016

Lancement de Louis-Philippe Gingras au Petit Théâtre du Vieux Noranda

Source

Jean-Philippe Rioux-Blanchette, directeur de production
Petit Théâtre du Vieux Noranda

  • Téléphone

    819 764-6436, poste 103

  • Courriel

    production@petittheatre.org

Les productions du Petit Théâtre du Vieux Noranda sont fières de présenter le lancement de Louis-Philippe Gingras ce samedi 5 novembre, à 21 h. Pour ce faire, nous rassemblons 10 musiciens professionnels de Montréal et de l’Abitibi-Témiscamingue sur scène pour accompagner l’auteur-compositeur-interprète originaire de Rouyn-Noranda. Il y aura une exposition de photographies captées par l’œil de Camille Gladu Drouin, qui a immortalisé l’enregistrement de l’album du musicien de Rouyn-Noranda. Nous servirons un Gin tonic aux cent premiers convives sur les lieux. Par ailleurs, du chow mein sera offert au public.

Biographie

«Louis-Philippe Gingras est avant tout musicien. Après des études universitaires en jazz, il retourne dans son Abitibi natale et se met à écrire des paroles. Le fun commence. Maintenant installé dans la Petite-Patrie, à Montréal, il consacre sa vie à la chanson depuis plus de cinq ans.

Constructeur de vers d’oreille et guitariste de formation, Gingras aiguise son crayon – à la fois gras et précis – d’une chanson à l’autre. Félicité au Festival en chanson de Petite-Vallée (six prix), au Prix de la chanson SOCAN 2014 (nomination), au GAMIQ 2015 (nomination Album roots de l’année) et applaudi par la presse (Le Devoir, Voir), son album Traverser l’parc (Simone Records, 2013) a amené Louis et sa troupe sur les route du Québec et au-delà.
Son nouvel album, s’éloignant du son country auquel on l’associait, Gingras approche plus que jamais chaque chanson comme un monde en soi. Le folk de pêcheur s’ornemente de musique de chambre et le rock automobile s’enjolive de cuivres solennels.

Vivant (très bien) avec un diagnostic de maladie affective bipolaire depuis trois ans et ayant connu des épisodes psychotiques, Louis est, depuis 2014, porte-parole de l’Association québécoise des programmes pour premiers épisodes psychotiques (AQPPEP). Il est de plus en plus appelé à raconter son histoire et sa relation avec la maladie mentale dans des témoignages qui allient musique et sincérité.»
– louisphilippegingras.com

Site Web
Communiqué