Actualités

5 janvier 2016

À compter du 15 janvier, le Centre d’exposition d’Amos débute sa nouvelle programmation 2016

Source

Marianne Trudel
Centre d'exposition d'Amos

  • Téléphone

    819-732-6070

  • Courriel

    exposition@ville.amos.qc.ca

C’est avec grand enthousiasme que le Centre d’exposition inaugure sa programmation des expositions 2016. D’une part, l’exposition Vertige du voir nous fait découvrir un peintre originaire de notre région et d’autre part, le projet ADOLAND prend des couleurs locales avec la participation d’élèves amossois. Ces deux expositions seront inaugurées le vendredi 15 janvier à 17 h en présence des artistes.

VERTIGE DU VOIR- peinture de RÉAL CALDER

Réal Calder explore la représentation du paysage en peinture. Tout en larges trainées de couleurs, de coulures et d’empâtements exécutés au pinceau et à la spatule, il peint la matière terreuse, l’agitation des vagues, les rochers assaillis d’écume, l’action du feu, du vent et de l’érosion. Sans point de fuite ni horizon, Calder crée des paysages d’énergie et de tension, inspirés, dans ce corpus d’œuvres, par deux sites naturels et mythiques; la montagne Sainte-Victoire dans la région d’Aix-en-Provence et le rocher Percé en Gaspésie. Le choix de ces lieux est motivé par leur analogie formelle et par leur importance dans l’imaginaire collectif. Deux lieux qui sont en contraste violent avec leur environnement : Terre et Mer. Il émane de ces œuvres des sentiments d’inquiétude et d’émerveillement tout aussi puissants et contradictoires alors que l’artiste tente de recréer l’amplification du sentiment d’exister ressenti lors du face à face avec la nature. Un parcours d’un côté à l’autre de l’Atlantique…

Originaire de Normétal en Abitibi, Réal Calder habite, depuis plus de vingt ans à Mont-St-Hilaire. Artiste peintre et professeur en arts visuels à l’Université du Québec en Outaouais durant de nombreuses années, Calder participe depuis plus de 30 ans à des expositions individuelles et collectives principalement au Québec et en Ontario. À deux reprises, il a participé à des expositions de groupes à Rouyn-Noranda.

ADOLAND- photographie de CAROLINE HAYEUR

ADOLAND est un portrait contemporain à la lisière du documentaire et de la photographie plasticienne ayant pour terrain la chambre d’adolescent. Caroline Hayeur a activé un va-et-vient dans le temps à travers l’adolescence actuelle ou passée, vécue parmi un échantillonnage de plus d’une trentaine de personnes. D’un côté, elle fait la rencontre de plusieurs adolescents d’aujourd’hui qui lui ouvrent la porte de leur antre. Lieu de projection de soi, de construction et finalement d’affirmation et d’émancipation, cette pièce est une réserve intarissable de récits que les complices de l’artiste acceptent de dévoiler. D’un autre côté, elle fait témoigner des adultes sur leur jeunesse et accède à des souvenirs plus ou moins enfouis.

Depuis plus d’une dizaine d’années, l’artiste orchestre des projets d’échanges et de formation. Sous
forme de mission photographique ou d’atelier, elle travaille sur la créativité, l’identité, l’expression et l’estime de soi. À Amos, par l’entremise du programme Culture à l’école, Caroline Hayeur a travaillé avec trois groupes d’étudiants de niveau secondaire de la Polyvalente La Forêt, sur la thématique de la chambre d’adolescent. Les élèves ont en quelque sorte été amené à reprendre le processus de création du projet ADOLAND. Une sélection des photographies réalisées par ces étudiants seront mise en valeur à même l’espace d’exposition de Caroline Hayeur. De plus, elle propose au public de participer à ADOLAND en apportant une photo de leur adolescence afin de l’épingler sur le babillard géant !

Caroline Hayeur vit à Montréal. Elle est membre du collectif Agence Stock Photo, elle enseigne le photojournalisme à l’École des médias de la Faculté de communication de l’Université du Québec à Montréal. Marquée par une expérience de terrain depuis le début des années 90, l’artiste Caroline Hayeur explore les questions du corps social : convivialité, partage et différences. Son travail s’inscrit dans une esthétique du lien. Sa quête est celle des lieux et des formes de socialisation — amicale, filiale, communautés plurielles — dans la lignée du documentaire et du portrait humaniste. Elle soude certaines relations en provoquant ou en mettant en relief des situations de proximité. Sa pratique est foncièrement ancrée dans le temps présent. Plusieurs de ses projets prennent pour origine des résidences d’artistes au Québec et à l’international.

Le vernissage de ces deux expositions aura lieu le vendredi 15 janvier à 17 h en présence des artistes. Bienvenue à tous!

L’exposition ADOLAND se poursuivra jusqu’au 6 mars 2016 alors que VERTIGE DU VOIR, se poursuit jusqu’au 13 mars 2016 et ce:
Mercredi au vendredi, de 13 h 30 à 17 h et de 19 h à 21 h
Samedi et dimanche, de 13 h à 17 h

Site Web
Communiqué