Actualités

15 septembre 2015

À compter du 26 septembre au Centre d'exposition d'Amos : Et bien, dis donc! et Paysages en mutation

Source

Marianne Trudel
Centre d'exposition d'Amos

  • Téléphone

    819-732-6070

  • Courriel

    exposition@ville.amos.qc.ca

Deux nouvelles expositions sont présentées au Centre d’exposition d’Amos à compter du vernissage qui aura lieu exceptionnellement le samedi 26 septembre à 13 h, et ce, en présence des commissaires et artistes participants. Une chance unique de les rencontrer à cette occasion et une belle façon de participer aux Journées de la culture! Venez prendre le dessert avec nous.

Dans la grande salle – Eh bien, dis donc! Exposition coproduite par l’Association des centres d’exposition de l’Abitibi-Témiscamingue et l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue sous le commissariat de Gaétane Godbout et Carole Héroux.

« Eh bien, dis donc! », est une phrase culte qu’utilise Rock Lamothe lorsqu’il est agréablement surpris de la production de l’un de ses étudiants.

Pour la toute première fois, les artistes diplômés et les chargés de cours en arts visuels de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) sont regroupés dans une exposition visant à souligner la contribution du professeur Rock Lamothe dans le développement des arts visuels de notre région, et ce, depuis 35 ans. D’envergure, cette exposition se déploie dans les cinq centres d’exposition de l’Abitibi-Témiscamingue afin de présenter en simultané près de 200 œuvres récentes réalisées par plus d’une centaine d’artistes. Cinq thématiques ont orienté la sélection des œuvres par centre.

Pour sa part, le Centre d’exposition d’Amos accueille 22 artistes sous le thème DE LA NARRATION À LA FIGURATION : Le choix des signes visuels et leur mise en relation nous interpellent, ils nous donnent à voir de multiples associations qui parlent autrement de la vie… Les œuvres racontent sous toutes les formes qu’après tout, l’art c’est la vie. On y retrouve les œuvres de : Martin Beauregard, Virginia Pésémapéo-Bordeleau, Daniel Corbeil, Diane Desrochers, Marie-Ève Dubé, Linda Gagnon, Yvette Gélinas, Martin Guérin, Karine Hébert, Carol Kruger, Maryse Larouche, Louise Laurin, Marcelle LeMay, Diane Lemieux, Diane Lepage, Julie Mercier, Armande Ouellet, Anita Petitclerc, Janine Piché, Barbara Poirier, Anne Théberge et bien sûr Rock Lamothe.

Pour voir l’intégrale de cette exposition, il faudra faire la tournée des cinq centres d’exposition de la région!

Dans les petites salles – Paysages en mutation, installation de DANIEL CORBEIL

« Avec le regard d’un sculpteur, je m’intéresse depuis longtemps à la notion de paysage. À partir d’objets usuels trouvés ou fabriqués, je façonne ainsi, sur le mode du simulacre, des paysages à échelle réduite qui mettent en scène divers scénarios d’intégration de la présence humaine dans la nature. Faites de bric et de broc, mes maquettes de grand format jouent sur des effets de perspective, de manière à rendre poreuses les frontières entre le réel et la fiction.

Depuis quelques années, plutôt que d’inscrire des constructions humaines dans le paysage, l’artiste élabore des installations où l’architecture devient le cadre qui circonscrit et concentre les attributs du paysage. S’inspirant des projections futuristes des années 1960-70 (tels les Biodômes de Buckminster Fuller, les cités autosuffisantes de Paolo Soleri ou encore les mégastructures mouvantes de Ron Herron) qui envisagent la cité comme une arche de Noé, l’artiste imagine des complexes urbains végétalisés. L’artiste présente à Amos deux installations :

– Arthropolis une installation qui prend les traits d’une araignée géante mécanique, simulant un module habitable ou une cité futuriste.
– Complexe industriel; une installation qui témoigne d’un legs entrepreneurial et des résultats des actions répétées intensivement sur l’environnement. À ces deux installations, quelques photographies accentuent le propos.

Sculpteur et photographe, Daniel Corbeil est originaire de Val-d’Or, Titulaire d’une maîtrise en arts plastiques de l’Université du Québec à Montréal, Daniel Corbeil enseigne au Cégep du Vieux-Montréal. Depuis le début des années 1990, il a présenté son travail dans le cadre de nombreuses expositions individuelles et collectives, aussi bien au Québec et au Canada qu’à l’étranger. Il a réalisé des œuvres d’art publiques, dont celles à la Maison de la culture d’Amos et au Centre hospitalier d’Amos. L’artiste a été récipiendaire de plusieurs bourses du Conseil des Arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec. Certaines de ses œuvres font partie de collections publiques (Musée National des Beaux-Arts du Québec, Musée régional de Rimouski, Musée des Beaux-Arts du Canada, collection Loto-Québec, Simon Fraser University). Le fait d’avoir grandi dans un environnement industriel minier a grandement façonné son imaginaire et l’a engagé dans une réflexion artistique sur la représentation de paysages inventés où se fait sentir la présence humaine de manière souvent problématique. Qu’il s’agisse d’engins volants zoomorphes, de vues aériennes fictives, de laboratoires visant à reproduire les effets du réchauffement climatique ou de maquettes architecturales proposant une réponse utopique aux bouleversements environnementaux, le travail de Daniel Corbeil interroge à la fois notre perception du monde et notre possibilité de transformer celui-ci.

L’exposition Paysages en mutation est présentée jusqu’au 8 novembre alors que l’exposition Eh bien, dis donc! se poursuivra jusqu’au 15 novembre 2015 selon l’horaire suivant :

Mercredi au vendredi, de 13 h 30 à 17 h et de 19 h à 21 h
Samedi et dimanche, de 13 h à 17 h.
Entrée libre

Le Centre d’exposition d’Amos bénéficie du soutien financier du Conseil des arts et des lettres du Québec

Site Web
Communiqué