Actualités

19 juin 2015

À compter du 2 juillet, le Centre d’exposition d’Amos présente deux nouvelles expositions

Source

Marianne Trudel
Centre d'exposition d'Amos

  • Téléphone

    819-732-6070

  • Courriel

    exposition@ville.amos.qc.ca

À compter du 2 juillet, le Centre d’exposition d’Amos présente deux nouvelles expositions :

• Quand les oiseaux n’auront plus rien à boire d’ANDRÉANNE GODIN
• In organic de VANESSA SUZANNE

Amos, le 10 juin 2015 – Deux nouvelles expositions sont présentées au Centre d’exposition d’Amos à compter du vernissage qui aura lieu exceptionnellement le jeudi 2 juillet à 17 h, et ce, en présence des artistes Andréanne Godin et Vanessa Suzanne. Une chance unique de les rencontrer à cette occasion!

Dans la grande salle – Quand les oiseaux n’auront plus rien à boire d’ANDRÉANNE GODIN

« Il y a une dizaine d’années, je reçus une boite de crayons aquarelle venant d’un parfait étranger avec la promesse faite à sa défunte femme qu’il en ferait don à quelqu’un qui saurait l’utiliser. Cinq ans plus tard, je réalisais « Memorial for a stranger », une murale éphémère de près de vingt mètres de long. Malgré l’ampleur de cette murale, l’ensemble des crayons aquarelle ne fut pas utilisé. Quand les oiseaux n’auront plus rien à boire est le deuxième volet de ce projet cherchant à rendre hommage à cette femme.

À travers une installation où elle interroge les changements d’état des éléments et des êtres qui nous entourent, Andréanne Godin propose un lieu de recueillement. Que reste-t-il après la perte d’un être aimé? La couleur du muguet qu’elle aimait tant, son teint hâlé dans sa robe bleue, le vert de ses yeux, le dépôt de ses cendres poudreuses au fond d’une urne… Quand les oiseaux n’auront plus rien à boire est une exposition traitant de la mémoire et de ce qui reste d’un être en son absence, mais elle est aussi un hymne à la vie renouvelée, au recommencement et à l’immortalité représenté par la fontaine et par l’eau en mouvance constante qui y coule.

Andréanne Godin est une artiste originaire de Val d’Or. En 2013, elle termine une maitrise en arts visuels (fibres) à l’Université Concordia. Son projet de maitrise intitulé Le Mur, est présenté à la Galerie B-312 : l’artiste revisite les lieux où elle a grandi, ces espaces dont elle a pu voir la lente transformation, non pas due au passage du temps, mais à cette violente découpe du paysage que provoque l’exploitation minière à travers une variété de médiums – sculpture, dessin, texte, audio – cette exposition questionnait d’un point de vue intimiste le paradoxe du bien commun concédé aux intérêts commerciaux. En 2012, elle présentait Fumées au Centre d’exposition Circa. Elle a également présenté son travail dans plusieurs expositions collectives au Québec, au Canada, en France, ainsi qu’à Cuba. C’est d’ailleurs à Barjols, en France, lors d’une résidence d’artiste, qu’elle découvre plusieurs fontaines qui inspireront le présent projet. Parallèlement à sa pratique, Andréanne consacre une partie de son temps à des projets de publication et de commissariat de même qu’à l’enseignement du dessin. Le dessin se situe au cœur de la pratique artistique d’Andréanne Godin. Le projet actuel est en continuité avec sa démarche puisqu’il se penche sur des interrogations liées au paysage, aux changements d’état des éléments et des êtres qui nous entourent, ainsi qu’aux caractéristiques définissant le dessin comme médium. L’artiste aimerait remercier le CALQ pour son soutien à ce projet.

Dans les petites salles – In organic de VANESSA SUZANNE

« De ce dont on ne peut parler, il faut le taire ». C’est ainsi que se termine le tractatus logico philosophicus de Wiggtenstein. C’est également le point de départ de ma réflexion sur l’art et la création.

Créateur d’images, créateur d’objets, créateur d’univers, l’artiste communique par le biais de diverses techniques et laisse souvent surgir l’indescriptible. Les installations de Vanessa Suzanne se déploient dans une scénographie immersive inspirées par le monde minéral, afin de le transcender et de laisser surgir des associations de sens inédites. In organic évoque aussi bien l’infiniment grand comme l’infiniment petit… La pierre à échelle humaine que l’on trouve et que l’on nomme minéral, la pierre géante qui flotte dans l’univers que l’on nomme planète.

Artiste originaire de la Belgique, Vanessa Suzanne s’est établie depuis peu à Témiscaming Elle est détentrice d’un baccalauréat en peinture et d’une maitrise à finalité spécialisée en art public de l’École supérieure des arts plastiques et visuels de Mons en Belgique (2012). Son travail a été principalement présenté en Belgique, tandis que la Galerie du Rift à Ville-Marie et l’Écart à Rouyn-Noranda l’ont récemment présenté.

L’exposition In organic est présentée jusqu’au 9 août alors que Quand les oiseaux n’auront plus rien à boire se poursuivra jusqu’au 16 août 2015. Prendre note que pour une accessibilité accrue en saison estivale, nous prolongeons nos heures d’ouverture tous les mardis de 13 h 30 à 17 h et de 19 h à 21 h.
L’horaire estival est le suivant;

Mardi au vendredi, de 13 h 30 à 17 h et de 19 h à 21 h
Samedi et dimanche, de 13 h à 17 h.
Prendre note que le Centre d’exposition sera fermé le 3 juillet pour le férié de la Fête du Canada.
Entrée libre

Site Web
Communiqué